Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle
Audrey Bardot, suppléante






 
Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter


Vidéo à la une


Agenda
Jeudi 25 juillet

Détail de la journée

En circonscription

14h00-
15h00
Visite du GAEC de l'Altiplano
Courcelles
15h30-
16h30
Echanges avec Sonia Chaumont, maire de Courcelles
Courcelles
17h00-
18h00
Réunion Esprit Civique 
Visioconférence
 
 
NEWSLETTER
Restez informés des actualités de Dominique Potier en vous inscrivant à la newsletter

 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr


contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tel : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Lettre 12

Feuilletez la Lettre n°12 sur Calaméo :
 
LETTRE N°12

 

 

Edito

« Ami, entends-tu... »

Ce 6 juin, le 80ème anniversaire du Débarquement en Normandie ouvre un cycle mémoriel qui s'achèvera le 8 Mai 2025 avec celui de la capitulation nazie. En janvier, le sou- venir de la libération des Camps de la mort sera au coeur de ce grand récit de la nuit puis de l'aube de l'Europe. 

Cet agenda mémoriel n'est pas hors sol. Il est profondé- ment enraciné dans nos mémoires familiales et dans notre géographie locale. 
Au cimetière de Colombey-les-Belles repose Abel Lardennois, un des 177 membres du commando Kieffer qui « le jour le plus long », pour l'honneur de la France, par- tit à l'assaut de la plage de Sword Beach, côte à côte avec les soldats alliés. 26 ans, quasiment jour pour jour, après la bataille du Saillant de Saint-Mihiel lancée depuis Flirey, le général Patton mène à nouveau le combat sur nos terres de Lorraine à la tête de la IIIème armée. 

Leménil-Mitry au coeur du Saintois, fut le centre de com- mandement d'un des plus grands réseaux de Résistance de la région, le Groupe Lorraine 42, 900 hommes et femmes dont l'action s'étendit de Neuves-Maisons à Mirecourt. Au même moment, dans le Toulois, c'est le temps des « Voltigeurs » et celui du maquis 15. Notre ami Fernand Nédelec contera inlassablement l'épopée de ces jeunes qui, à 17 ans, engagèrent leurs vies tel Georges Hans et sa désobéissance héroïque au commissariat de Toul ou encore Armand Remy de Liverdun qui, engagé dans l'Armée d'Afrique, participera au débarquement de Provence. 

À l'instar de celui d'Andilly, plus grande nécropole allemande de notre pays, les pierres des cimetières militaires, du nord au sud, témoignent dans toutes les langues et toutes les religions d'une même tragédie. 

Le centre d'internement d'Écrouves sera, dès 1941, pour des milliers de personnes juives, résistants, prisonniers politiques et de droit commun et parmi eux des centaines d'enfants, l'antichambre des camps. 

Tout près de là, une jeune femme de Pagney-derrière-Barine, Suzanne Kricq, dite Régina, fera preuve d'un courage hors du commun en sauvant la vie de personnes recherchées par les nazis. Elle est abattue trois jours avant le Débarquement, à quelques pas de la frontière, lors d'une mission de pas- sage.

Héritiers de « ces héros ordinaires qui ont fait l'extraordinaire », nous savons que cet exercice de mémoire n'est pas hors du temps présent. 

La grande intuition politique de l'après-guerre fut la re- naissance des institutions internationales dont la vocation, après la Shoah, était de protéger la paix et la dignité humaine. Cette coopération universelle, également essentielle pour sauver notre maison commune du péril climatique, est aujourd'hui battue en brèche par la loi du plus fort. 

Ignorant l'issue du scrutin du 9 juin à l'heure où j'écris ces lignes, je vous partage ce message de Claude Alphandéry : 

« C'est l'ancien résistant que je suis qui vous parle. Que ce soit en Ukraine en Palestine et en Israël aujourd'hui, que ce soit demain lors des élections américaines et européennes, et après-demain lors des élections françaises, partout, l'arrivée au pouvoir de régimes autoritaires et populistes est une menace vitale pour l'État de droit, pour les libertés publiques, pour la paix, et nous entraîne vers une nouvelle nuit tragique contre laquelle j'ai tant lutté. Mon tout dernier appel, avec les forces qui me restent, c'est de vous inciter à tout mettre en oeuvre pour que ce qui a motivé ma vie, le combat contre le fascisme, contre la barbarie et pour les droits humains, soit à nouveau mobilisé dans une grande alliance humaniste des forces de vie. »


Votre député,
Dominique POTIER

 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©