Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
dimanche 19 septembre 2021

Détail de la journée

En circonscription 

9h Inauguration Arboretum du Centre INRAE Grand Est 
Champenoux 
11h Inauguration d'une fresque au musée la Baïonnette
Thiaucourt-Regniéville 
18h Festival Echapées 
Lucey
 








 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Actualités

Un an après le drame du Rana Plaza : mobilisons nous !

Un an après le drame du Rana Plaza : mobilisons nous !

UN AN APRÈS LA TRAGÉDIE DU RANA PLAZA,
EN FINIR AVEC LES ESCLAVAGES MODERNES

 
 
Mercredi 16 avril 2014, de 18h30 à 20h00
Assemblée nationale
Salle Colbert - 126 rue de l’Université, 75007 Paris
 
En présence de :
Sara HOSSAIN, Avocate à la Cour Suprême du Bangladesh, spécialisée en droit commercial et dans la défense des droits humains
William BOURDON, avocat au Barreau de Paris, Président de Sherpa
Geneviève GARRIGOS, Présidente d’Amnesty International France
Antoine LYON-CAEN, Professeur de droit à l'Université Paris-X Nanterre et directeur d'études à l’EHESS
Anne GINTZBURGER, Journaliste, productrice et réalisatrice du film « Les damnées du low cost » (2014)
Olivier DE SCHUTTER, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation
 
animée par Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques


Il y a bientôt un an, 1 133 personnes sont mortes dans l’effondrement de l’usine textile Rana Plaza au Bangladesh, l’accident industriel le plus meurtrier dans le monde depuis Bhopal en Inde en 1984.
L’opinion publique s’est émue des conditions de vie des « esclaves modernes » dans les nouvelles usines du monde, à Dacca et ailleurs, d’autant que des étiquettes de distributeurs français y ont été découvertes, posant la question de la responsabilité des entreprises donneuses d'ordres dans ce drame.
 
Depuis plus d’un an, je milite avec mes collègues socialistes et écologistes et une plateforme d’ONG pour qu’une loi établisse un lien juridique entre les maisons mères, leurs filiales et leurs sous-traitants. Il s’agit d’imposer un devoir de vigilance aux multinationales afin qu’elles préviennent les impacts négatifs en matière de droits humains, d’environnement découlant de leur activité.
 
Nous organisons une grande soirée de mobilisation que nous organisons à l’Assemblée nationale le mercredi 16 avril, à 18h30.
 
A la veille des élections européennes, cette soirée sera l’occasion de rassembler parlementaires, représentants de la société civile et du monde syndical, juristes, autour de ce combat pour une mondialisation responsable : celle qui enclenche ici et là-bas des cercles vertueux de croissance économique et humaine.
 
Cette soirée sera aussi un temps décisif pour faire avancer la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés-mères et des entreprises donneuses d’ordre qui est portée aujourd’hui par quatre groupes parlementaires (socialistes, écologistes, radicaux et communistes) et soutenue publiquement par 3 syndicats (CFTD, CGT, CFTC), et 7 ONG (CCFD-Terre Solidaire, Amnesty, Sherpa, Collectif Ethique sur l’Etiquette, Peuples Solidaires, Les Amis de la Terre, Terres des Hommes)

Un an après, la France a rendez-vous avec le meilleur de sa tradition humaniste et sa dimension universelle. Les victimes doivent être reconnues dans leur dignité et le droit doit rendre crédible la responsabilité des détenteurs du pouvoir économique.

Mobilisons nous !

S'inscrire à la soirée du 16 avril

Retrouver la proposition de loi relative au devoir de vigilance
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©