Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
samedi 17 avril 2021

Détail de la journée

A l'Assemblée Nationale 

8h30 Réunion avec les élus 
9h-0h Séance publique - Examen de la loi Climat 
13h  Lancement numérique de la programmation 2021 de la Cité des paysages 
 








 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Dans la presse

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 03 Mai 2012 / MMN /

Les socialistes à Nancy : « L'UMP court après l'extrême droite »

Les socialistes à Nancy : « L'UMP court après l'extrême droite »
Le Parti socialiste a bien l'intention de garder son cap : de la hauteur de vue en tout. « Nous sommes dans un état d'esprit aux antipodes de la campagne ordurière menée par Nicolas Sarkozy et ses soutiens ici en Meurthe-et-Moselle », prévient Mathieu Klein, le premier secrétaire fédéral du parti en Meurthe-et-Moselle. Il ne mâche pas ses mots mais assume, en réponse à la conférence de presse tenue la semaine dernière par l'UMP (RL du 27/04, en pages Région). Le conseiller général assure que François Hollande, une fois élu, aura pour but « d'apaiser et de renouer le lien avec les Français, loin de toute recherche de boucs émissaires ».

Les socialistes poursuivent leur campagne de terrain, avec un porte-à-porte ciblé : les zones où se sont exprimés abstention et vote du Front national. « Les gens sont assez déterminés dans leurs propos », observe Chaynesse Khirouni, candidate aux législatives sur Nancy. « L'erreur de l'UMP a été de courir cinq ans après l'extrême droite, sans en convaincre les électeurs. »

Dominique Potier, autre candidat aux législatives, dans le Toulois, considère que le candidat de droite peut être comparé à un « pompier pyromane ». « Qu'un parti de gouvernement tombe dans le caniveau, qu'est-ce que ça nous promet pour demain ? », demande-t-il encore.

Le conseiller général de Lunéville, Gregory Grandjean, rappelle que les militants ont frappé à 32 000 portes dans le département. « Nous avons rappelé aux électeurs que parmi les propositions de François Hollande, il y avait des réponses à leurs attentes », explique le coordinateur de la campagne.

« Les gens sont conscients que la situation est difficile, ajoute le sénateur Daniel Reiner, en vieux sage. Ils sont prêts à attendre quelque temps, que nous posions des actes raisonnables. Mais il n'y aura pas d'état de grâce. »

Ju. B.
Photo Anthony PICORÉ
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©