Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
samedi 17 avril 2021

Détail de la journée

A l'Assemblée Nationale 

8h30 Réunion avec les élus 
9h-0h Séance publique - Examen de la loi Climat 
13h  Lancement numérique de la programmation 2021 de la Cité des paysages 
 








 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Dans la presse

© L'Est Républicain, Mardi le 08 Mai 2012 / Ouverture Toul

Législatives à couteaux tirés

Législatives à couteaux tirés
Les résultats des deux tours de la Présidentielle laissent augurer une triangulaire particulièrement serrée sur la 5e circonscription.
 

Comme il fallait s'y attendre, élus ou militants n'avaient plus que ce mot-là à la bouche dimanche soir : « Législatives ! » Il faut dire que tout le monde, à gauche comme à droite, a des raisons d'y croire à cinq semaines de la première échéance. À l'échelon national, bien sûr, mais plus encore sur la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle où une triangulaire UMP/PS/FN se dessine.
 

Le raz de marée rose, prédit par les sondages à la fin de l'hiver s'est, il est vrai, transformé ce 6 mai en une vague sans grande amplitude sur l'Hexagone. À l'échelle du Toulois, la houle s'est même arrêtée au large pour s'inverser aux abords des remparts de Vauban. Toul reste, en effet, à droite avec 50,59 % des suffrages pour Nicolas Sarkozy. Celui-ci bénéficie assurément d'un bon report des voix du FN dans le fief de Nadine Morano. Mais ce second tour met surtout en évidence une nette fracture politique entre les cinq bureaux de Toul-Sud (56,92 % pour le président sortant), et les huit bureaux de Toul-Nord (53,11 % pour le candidat socialiste).
 

Sept cantons sur huit acquis à Sarkozy

L'analyse des résultats dans les huit cantons de la 5e circonscription est également très parlante. Sarkozy est à deux doigts de réaliser le grand chelem sur ce territoire. Seul le canton de Neuves-Maisons lui échappant au profit de Français Hollande, arrivé en tête avec 54,82 % des voix. Grâce à sa forte pondération, liée à ses 11.783 votants, ce canton pèse pleinement dans la balance de la 5e circonscription, sans pour autant inverser la tendance générale.
 

Partout ailleurs, c'est littéralement la débandade pour le candidat socialiste. Sarkozy l'emporte avec de la marge sur les cantons de Toul-Nord avec 52,94 % des suffrages, de Toul-Sud (55,22 %), de Colombey-les-belles (55,85 %), de Domèvre-en-Haye (53,57 %), d'Haroué (55,18 %), de Thiaucourt-Regniéville (56,91 %) et de Vézelise (55,50 %). À l'image de la commune de Colombey-les-Belles, qui avait placé Marine Le Pen à un niveau record au 1er tour (plus de 36 %), le report des voix frontistes vers le candidat UMP (plus de 58 % au second tour) a joué à plein dimanche dans tous les petits villages du Toulois.
 

Tous cantons confondus, le président sortant surfe finalement sans peine au-dessus de la vague socialiste avec 52,84 % des voix exprimées.
 

Forces en présence

Pour autant, dans la perspective du 1er tour des législatives du 10 juin prochain, la confrontation entre les cinq candidats déclarés : Nadine Morano (UMP), députée sortante, Dominique Potier (PS), Martine Furioli (FN), Annie Levi-Cyferman (FdG) et Jacqueline Fontaine (EELV), s'annonce véritablement passionnante.
 

Le premier tour de la Présidentielle offre assurément la meilleure représentation des forces en présence, même s'il convient toujours d'apporter quelques nuances à la simple superposition mathématique des résultats d'élections nationales et d'élections locales. Néanmoins, le 22 avril, Sarkozy avait récolté 26,05 % des voix, Hollande 25,03 %, Le Pen 24,70 %, Mélenchon 9,40 % et Joly 1,69 %.
 

Si la représentante du Front de Gauche peut compter sur un bon report des voix d'Arthaud (0,72 %) et Poutou (1,33 %), il lui sera bien difficile d'atteindre la barre des 12,5 % des inscrits pour espérer offrir une quadrangulaire à ses électeurs.
 

La triangulaire qui se dessine au second tour des législatives du 17 juin devrait donc une nouvelle fois se jouer au centre de l'échiquier politique. Le choix des 8,79 % d'électeurs de François Bayrou, au 1er tour de la Présidentielle, fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre.
 

Un billet pour le palais Bourbon attend le vainqueur.
 

Lionel MADELLA.

 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©