Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle
Audrey Bardot, suppléante







 
Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter


Vidéo à la une


Agenda
Lundi 26 février

Détail de la journée

A Paris - Salon International de l'Agriculture (SIA)

08h30-
09h30
Petit-déjeuner au stand de la Fédération Française des Producteurs Agrivoltaïques
Paris - SIA
09h30-
10h00
Rencontre avec la Fédération Générale de l'Agri-Agro CFDT
Paris - SIA
10h00-
14h00
Inauguration de l'espace Meurthe-et-Moselle
Paris - SIA
11h30-
12h15
Echanges avec le directeur général de l'ANSES
Paris - SIA
14h30-
18h00
Visite du Salon de l'Agriculture avec la délégation du parti socialiste : Jeunes Agriculteurs, Coop de France, INRAE/ANSES, FNSEA, Confédération Paysanne, Coordination Rurale; FNAB / Agence Bio - Agence Bio
Paris - SIA
18h30-
19h00
Soirée des filières laitières au stand du Centre national interprofessionnel de l'économie laitière 
Paris - SIA
19h00-
20h30
Inauguration du stand de la région Grand-Est
Paris - SIA
 
 
NEWSLETTER
Restez informés des actualités de Dominique Potier en vous inscrivant à la newsletter

 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr



contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tel : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Travaux législatifs

Vendredi 17 mars 2017

La lutte contre l'accaparement des terres continue

La lutte contre l'accaparement des terres continue
Le Conseil Constitutionnel, saisi par 60 sénateurs et députés Les Républicains, vient de censurer une partie de la Loi "lutte contre l'accaparement des terres et développement du bio contrôle".

Il ne nous appartient pas de commenter cette décision, mais nous pouvons tirer 3 leçons d'un combat entamé en 2012 :

 
  1. Alertés par les pratiques insidieuses de contournement de la politique des structures, nous pouvons être collectivement fiers d'avoir fait de la protection et la partition des sols un débat public. Une prise de conscience très large réunit désormais la société civile dont l'ensemble des organisations professionnelles, la majorité et... une partie de l'opposition : notre espace rural n'a pas vocation à devenir un supermarché. Le renouvellement des générations, notre souveraineté alimentaire et nos paysages ne peuvent être livrés à la loi du plus fort. Une régulation doit viser la défense de l'économie réelle contre la financiarisation et une authentique liberté d'entreprendre contre les monopoles.
     
  2. Pas à pas, au fil du parcours législatif, des avancées réelles ont été permises à l'Assemblée et avec le soutien du Gouvernement. Un faisceau d'instruments en matière de transparence et de régulation a été adopté au cours de cette mandature : le mouvement antérieur de libéralisation est en partie réparé.
     
  3. Force est objectivement de constater qu'en l'état, les "affaires" pourront néanmoins continuer pour les sociétés qu'elles soient multinationales ou non. Le principe invoqué est celui du droit des sociétés. Ce dernier a été fondé au 18ème siècle pour s'affranchir de la tyrannie... Faute de limites, il pourrait au 21ème siècle en devenir l'instrument !
Ici, comme comme pour les paysanneries des pays en voie de développement, nous devons réagir face aux conséquences graves de la toute puissance économique pour les plus fragiles et pour nos biens communs. Et nous devons réfléchir au risque politique que nourrit un sentiment d'impuissance publique... Plus que jamais préparer une grande Loi foncière est un combat pour la justice. La lutte contre l'accaparement des terres continue.
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©