Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
dimanche 19 septembre 2021

Détail de la journée

En circonscription 

9h Inauguration Arboretum du Centre INRAE Grand Est 
Champenoux 
11h Inauguration d'une fresque au musée la Baïonnette
Thiaucourt-Regniéville 
18h Festival Echapées 
Lucey
 








 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Actualités

Jeudi 22 juillet 2021

5 balises sur la vaccination

5 balises sur la vaccination
À l'occasion du débat à l'Assemblée nationale, nous avons voulu avec Martine Huot Marchand partager les analyses et convictions qui guideront notre ligne politique sur ce sujet sensible.

Depuis maintenant un an et demi, nous exerçons avec notre groupe parlementaire un travail exigeant de vigilance et de propositions sur une politique gouvernementale qui nous est apparue pour le moins hésitante à certains moments clés de la lutte contre la pandémie. Nous nous sommes cependant toujours refusés à "tirer sur l'ambulance" tant la situation est inédite et les responsabilités partagées. Notre énergie a pour l'essentiel été investie aux côtés des acteurs publics et privés de notre circonscription dans la mise en oeuvre de réponses concrètes aussi justes et efficaces que possible.

Notre priorité commune aujourd'hui doit clairement être de limiter les conséquences humaines d'une quatrième vague. Tout doit être fait pour éviter de nouvelles victimes directes et indirectes, notamment de patients souffrant d'autres pathologies et ne pouvant être pris en charge par nos hôpitaux où nous mesurons d'ores et déjà l'épuisement des personnels. L'expérience nous enseigne également que ce sont les personnes socialement les plus fragiles qui payent le plus lourd tribut lorsque l'école, les services publics et l'économie sont sous contraintes sanitaires.

Après avoir beaucoup écouté, nous sommes arrivés aux conclusions suivantes :

1. La leçon de la pandémie à moyen et long terme est l'urgence d'une politique de prévention à tous les niveaux : celui des désordres écologiques générateurs de maladies transmissibles à l'être humain, celui du souci d'un état de santé global des populations limitant leur exposition aux virus et celui, enfin, d'un système de santé public renforcé.

2. A court terme, la vaccination est notre seule arme. Les efforts internationaux de recherche sans précédent ont permis dans un temps record de créer des vaccins, dont les principes comme celui de l'ARN messager sont connus depuis 50 ans et testés depuis 15 ans. Nous devons avoir confiance dans les autorités sanitaires publiques qui évaluent le bénéfice-risque des médicaments et des vaccins. Les moyens qui leurs sont dévolus, leur indépendance et leur éthique ont été constamment renforcés dans un véritable continuum législatif. Dans une démocratie moderne, "science et conscience” doivent ainsi être mises au service du bien commun.

3. Le caractère obligatoire de la vaccination existe déjà aujourd'hui pour un ensemble de 10 vaccins administrés aux enfants et constitue une forme d'assurance-vie pour notre société. Face à la menace nouvelle de la COVID 19, ce caractère obligatoire de la vaccination est apparu pour notre groupe parlementaire comme la solution la plus efficace pour atteindre l'immunité collective. Elle doit être mise en oeuvre de façon progressive, pédagogique et avec les dérogations médicales qui s'imposent. Elle seule peut à notre sens garantir un déploiement proportionné de la vaccination pour protéger nos concitoyens les plus fragiles et par là même notre pays. Elle est, dans l'esprit de la République sociale, inclusive pour l'ensemble des citoyens et incarne l'équilibre entre nos valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité.

4. Nous sommes hostiles aux modalités de mise en oeuvre du pass sanitaire tel qu'envisagées dans le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire. Il ne peut à notre sens n'être qu'une mesure transitoire visant à prévenir de façon pertinente – à l'instar des gestes barrières – le risque de contamination dans les lieux les plus sensibles. En tout état de cause, le pass sanitaire ne doit pas nourrir le sentiment d'une fracture sociétale. Il ne doit priver personne de l'accès à des biens et services essentiels. Enfin, les contrôles doivent de toute évidence relever des seuls agents assermentés par la puissance publique.

5. Ce qui est vrai pour notre société vaut pour la planète : nous plaidons pour une politique vaccinale internationale solidaire d'abord par humanisme mais également par réalisme. Nous ne protégerons pas et nous ne guérirons pas les uns sans les autres !
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©