Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle
Audrey Bardot, suppléante







 
Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter


Vidéo à la une


Agenda
Jeudi 23 mai

Détail de la journée

À Paris 

09h00-
13h00
Examen en séance publique du projet de loi d'orientation agricole
Assemblée nationale
09h15-
13h00
Interventions dans le cadre du colloque national sur la territorialisation de la transition écologique organisé par le Groupement d'intérêt public l'Europe des projets architecturaux et urbains (EPAU)
Assemblée nationale
13h15-
14h15
Réunion Esprit Civique
En visioconférence 
15h00-
20h00
Examen en séance publique du projet de loi d'orientation agricole
Assemblée nationale
15h30-
17h00
Assemblée générale de l'institution La Chaumière
Représenté par Hugo Gaspar, collaborateur parlementaire

Toul
19h30-
21h00
Dîner avec Bärbel Kofler, députée du Bundestag
Assemblée nationale
21h30-
23h45
Examen en séance publique du projet de loi d'orientation agricole
Assemblée nationale
 
 
NEWSLETTER
Restez informés des actualités de Dominique Potier en vous inscrivant à la newsletter

 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr



contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tel : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

Actualités

Jeudi 29 août 2019

''Fashion Pact'', zéro impact ?

''Fashion Pact'', zéro impact ?

Retrouvez ma réaction à l'annonce d'un "fashion pact" des 150 marques de l'industrie du textile à l'occasion du G7. L'objectif affiché est de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'habillement. Elles représentent en effet autant que celles du transport aérien et maritime réunis ! Si les pratiques de ce secteur ne changent pas en profondeur, ses émissions augmenteront jusqu'à 60%. Ce pacte, non contraignant, mise sur des démarches individuelles de chacune de ces entreprises pour atteindre zéro émission nette en 2050.

 

S'il faut se réjouir d'un sursaut des grandes marques quant à la pollution émise par leur secteur, il est du devoir de la puissance publique d'imposer des normes claires afin que ces promesses ne restent pas lettre morte.

La seconde limite est l'absence de la question sociale. 6 ans après le Rana Plaza, il faut se souvenir que le textile est un des secteurs économiques où la question du respect des droits humains et la protection des enfants est la plus sensible. Au delà des bonnes intentions, la mise en oeuvre effective de la loi devoir de vigilance doit rester la priorité !

Retrouvez ma réaction au Fashion Pact dans RSEDataNews :

 

 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©