Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
mardi 25 février 2020

Détail de la journée

A Paris - Assemblée nationale

8h30 - 10h Réunion d'équipe
10h-12h Intervention au Forum de l'Epargne et de l'Investissement
13h Conférence de presse sur le foncier agricole 
Salon de l'Agriculture
14h Interview par TV Agri
Salon de l'Agriculture
15h Questions au Gouvernement
18h Rencontre avec le Ministre Julien Denormandie
19h - 0h30 Examen du projet de loi Retraites
Séance publique 
 





7 ans d'actions - la lettre du député


 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

 

Actualités

Vendredi 20 décembre 2019

Retraites : ''mes lignes rouges''

Retraites : ''mes lignes rouges''
Le manque de clarté et le sentiment d'injustice ont ruiné le projet de réforme du Gouvernement. Le mouvement social dans sa diversité appelle à refonder un projet sur des bases solides tant la retraite participe du contrat social de notre Nation. Je n'ai aucun tabou sur les modes de calcul qui relèvent des moyens. Ce qui importe, c'est que le futur système de retraite permette de répondre aux 3 défis suivants :
 
  • Etre universel. En discernant dans les régimes spéciaux (soit 3% des Français) ce qui relève de privilèges indus et ce qui se justifie par une histoire ou une réalité singulière, et en ménageant une transition qui ne soit brutale pour personne. Être universel, c'est aussi refuser de plafonner le système de répartition à 10 000€ de revenu par mois... véritable cadeau aux fonds de pension et rupture symbolique avec les Français les plus aisés. La valeur du point considérée comme un droit doit être sanctuarisée et ne pas servir d'ajustement budgétaire.
     
  • Réduire les inégalités. Les 5% des Français les plus pauvres ont une espérance de vie inférieure de 13 ans par rapport aux 5% les plus riches, les ouvriers de 6 ans par rapport aux cadres. Il faut explorer les effets d'une mobilisation maximale des critères de pénibilité et les effets d'un taux de cotisation variable. Les femmes ont une retraite en moyenne inférieure de 29% à celle des hommes car leurs carrières sont souvent hachées et moins bien rémunérées. Pour toutes ces raisons, il est urgent d'éviter ces inégalités par une double prévention : réduction à la source des écarts de rémunération et des risques sanitaires professionnels.
     
  • Permettre une retraite solidaire. L'effort public ne doit pas porter uniquement sur les pensions individuelles, mais sur nos communs. La citoyenneté active après l'âge légal est un choix de société avec ses droits et ses devoirs : partage intergénérationnel du travail, engagement civique bénévole, et parcours sanitaires et sociaux garantissant l'égale dignité de chacun.
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©