Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
mercredi 19 juin 2019

Détail de la journée


A Paris - Assemblée nationale

8h30 Réunion sur le devoir de vigilance avec l'association Ressources Humaines Sans Frontières
10h Commission Nationale Agriculture et Ruralités du Parti Socialiste
14h Rencontre du collectif Accélérons avec la CPME
14h30 Réunion de la mission d'information sur lesrelations entre les grands donneurs d'ordre et les sous-traitants dans les filières industrielles  
15h Questions au Gouvernement
16h45 Commission des Affaires Economiques
Examen du projet de loi Energie et Climat
18h30 Conférence Esprit Civique - L'Europe comme boussole dans la mondialisation
21h30 Commission des Affaires Economiques
Examen du projet de loi Energie et Climat


En circonscription

 
13h30 Journée de cloture des Cadets de la Défense 2018-2019
Dominique Potier sera représenté par Martine Huot-Marchand
 
 





6 ans d'actions - la lettre du député


 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

 

Travaux législatifs

Mercredi 10 février 2016

Pourquoi j'ai voté NON

Pourquoi j'ai voté NON
Dès le 29 décembre, j'ai tenu à exprimer mon opposition à l'extension de la déchéance de nationalité. Sa portée est symbolique. C'est à ce titre que nous devons veiller à ce qu'elle ne fragilise pas l'unité nationale.
 
Les débats parlementaires ont permis d'aller au fond de ce débat difficile, tant par sa complexité juridique que parce qu'il touche à l'intime de chacun d'entre nous. A cette occasion, nous avons pu débattre d'une proposition alternative que j'ai formulée avec de nombreux collègues qui consistait à remplacer la déchéance de nationalité par une « déchéance nationale ». Celle-ci présentait l'avantage de viser tous ceux qui s'en prennent à la Nation, indépendamment de leurs origines, tout en évitant de créer des apatrides.

Malheureusement, cette solution n'a pas été retenue. C'est la raison pour laquelle, après mûre réflexion, j'ai décidé de voter contre ce projet de loi de réforme constitutionnelle.
 
Nous devons sortir de ces débats par le haut et dans l'unité. Et saisir collectivement cette occasion pour nous interroger sur le vide béant d'espérance commune qui se révèle être un puissant terreau du fanatisme. La République n'est pas une machine froide, sans esprit, ni récit. J'ai la conviction que le ré-enchantement de la République passera par un nouvel âge de la mondialisation, par une économie qui remettra l'Homme au centre, par une sortie de l'individualisme, par une vraie fierté citoyenne.
 
Au nom de nos valeurs communes et avec le sens des responsabilités qui sont les nôtres, je pense que nous devons nous rassembler autour de symboles forts, parce qu'universels, et autour de propositions nouvelles pour notre République.
 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©