Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
lundi 19 août 2019

Détail de la journée

En circonscription

8h à 12h Réunion à la permanence parlementaire
Toul
14h à 19h  Visites d'entreprises - secteur de la grande distribution
Toul et environs
 





6 ans d'actions - la lettre du député


 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

 

Actualités

Vendredi 26 juillet 2019

A31bis : un combat citoyen

A31bis : un combat citoyen

Le 28 juin dernier, la Ministre des Transports, Elisabeth Borne, adressait un courrier au Préfet de Région actant l'abandon du barreau autoroutier Toul-Dieulouard. C'est le fruit d'un long combat citoyen engagé sur le Toulois depuis plus d'une décennie.

Nous sommes par contre très inquiets de l'absence d'engagement de l'Etat pour réaliser, à vue d'homme, la solution alternative que nous avons patiemment dessinée à l'échelle du bassin de vie nancéien.

 

En tant que président de la Communauté de Communes du Toulois, puis, comme député à partir de 2012, j'ai veillé, dès l'origine, à créer sur ce dossier un état d'esprit constructif et à mettre en place une méthode :

- unir les élus du territoire

- écouter et partager l'information avec les associations, les chambres consulaires et les citoyens.

- engager le dialogue avec la Métropole du Grand Nancy, le Département et la Région.

Le moment clé de notre combat commun est certainement l'été 2015, lorsque nous avons obtenu, dans le cadre du Débat Public, une contre-expertise qui a révélé la contre-performance, en terme de captation du trafic, du projet proposé par l'Etat et son impact majeur sur l'environnement et, en premier lieu, sur les sols.
 

Je me réjouis que cette démarche ait, de bout en bout, été respectueuse de toutes les parties prenantes et de l'Etat de Droit. Elle a permis l'adoption par toutes les forces politiques du sud Meurthe-et-Moselle de la déclaration commune de janvier 2018 à laquelle nous sommes restés fidèles. Cette solidarité permet aussi que soient aujourd'hui prises en compte les revendications légitimes de l'ensemble des riverains face aux nuisances sonores et environnementales sur l'ensemble du tracé.
 

Cette étape nous oblige : un statu quo à ce stade serait inacceptable pour les lorrains.
 

Notre responsabilité commune est de contribuer activement à des solutions innovantes dans le cadre du Grenelle des Mobilités en Lorraine, ouvert aujourd'hui à Vittel. Ces solutions passent par des innovations technologiques et des cadres de gouvernance publique renouvelés, mais elles relèvent aussi des modes de vie : faire face à la crise écologique, c'est d'abord changer de modèle de développement.
 

Ensemble, les territoires du sud Meurthe-et-Moselle peuvent inventer une réponse globale de mobilité pour le 21ème siècle, mais cela passe par un calendrier d'engagement ferme de l'Etat, au minimum, à hauteur des 550 millions promis initialement.
 

Enfin, ce combat appelle à une ambition européenne pour réactiver de grands investissements vers le ferroviaire et le fluvial, avec, en premier lieu, l'harmonisation de la taxation du trafic poids lourd international, pour laquelle je me suis mobilisé dans la loi Mobilité en demandant une extension au sillon lorrain de la faculté donnée à la collectivité européenne d'Alsace pour le sillon rhénan.

 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©