Dominique Potier
Député de la 5e circonscription de Meurthe & Moselle
Martine Huot-Marchand, suppléante

Vous êtes ici :
  Contact Lettre d'information Facebook Twitter

Vidéo à la une

Agenda
jeudi 14 novembre 2019

Détail de la journée

A Paris - Assemblée nationale

8h15 Rencontre sur le devoir de vigilance avec le think tank Point d'Aecrage
10h - 14h30   Audition autour de la proposition de loi portant création d'un label public de RSE et une comptabilité extra-financière des entreprises


En circonscription

8h30- 17h 3ème Journée de Promotion de la santé Mentale : Implication citoyenne en santé mentale : réalités et perspectives
Villers-lès-Nancy - Domaine de l'asnée
Dominique Potier sera représenté par Martine Huot-Marchand
18h30 Rencontre avec la Secretaire générale de la préfecture de Meurthe-et-Moselle
20h30 Réunion publique
Neuves-Maisons
 





6 ans d'actions - la lettre du député


 
Lettre d'information
Restez informés des actualités de Dominique Potier tout au long de son mandat
 


> L'activité de votre député sur le site citoyen NosDéputés.fr

contactPermanence parlementaire
27 avenue du Maréchal Foch
54200 TOUL
Tél : 03 83 64 09 99
Fax : 03 83 64 31 05
Nous écrire

 

Actualités

Jeudi 29 août 2019

''Fashion Pact'', zéro impact ?

''Fashion Pact'', zéro impact ?

Retrouvez ma réaction à l'annonce d'un "fashion pact" des 150 marques de l'industrie du textile à l'occasion du G7. L'objectif affiché est de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur de l'habillement. Elles représentent en effet autant que celles du transport aérien et maritime réunis ! Si les pratiques de ce secteur ne changent pas en profondeur, ses émissions augmenteront jusqu'à 60%. Ce pacte, non contraignant, mise sur des démarches individuelles de chacune de ces entreprises pour atteindre zéro émission nette en 2050.

 

S'il faut se réjouir d'un sursaut des grandes marques quant à la pollution émise par leur secteur, il est du devoir de la puissance publique d'imposer des normes claires afin que ces promesses ne restent pas lettre morte.

La seconde limite est l'absence de la question sociale. 6 ans après le Rana Plaza, il faut se souvenir que le textile est un des secteurs économiques où la question du respect des droits humains et la protection des enfants est la plus sensible. Au delà des bonnes intentions, la mise en oeuvre effective de la loi devoir de vigilance doit rester la priorité !

Retrouvez ma réaction au Fashion Pact dans RSEDataNews :

 

 
 
 
Assemblée nationale
CMS : Flexit©